Historique du collège

 

Le Collège Marcel Pagnol est un collège du centre-ville de Toulon, avec plus de 400 élèves et 16 divisions accueillis par une soixantaine de personnes, toutes catégories confondues, dans une bâtisse du XIXème siècle qui, depuis 1896, a abrité successivement derrière ses murs épais, son architecture originale, imposante et de plus en plus contraignante, en premier lieu l’Ecole Primaire Supérieure de jeunes filles, puis le dit « Lycée Tessé » avec ses filières tertiaires transférées au lycée Bonaparte en 1982 en échange des niveaux « collège » qui se sont maintenus, épanouis et singularisés jusqu’à ce jour autour des micocouliers centenaires et sous l’égide du poète Marcel Pagnol dont le nom fut donné au nouvel ensemble scolaire.

Pres1 Façade côté Boulevard Tessé

Adossés à la place de la Liberté , place mythique de la ville, discrètement situés rue Gimelli, en marge mais à proximité immédiate des grandes voies de communication, routières et ferrées, y compris du tunnel passant exactement à la verticale à près de 37.10 mètres sous terre, le site et le collège ont longtemps participé avec efficacité et bonheur à la formation scolaire de moultes générations d’élèves, nourrissant ainsi une image d’Epinal qui imprègne encore nombre d’esprits nostalgiques d’un temps plus calme et propice aux apprentissages.

Pres2

Intérieur du collège

Au cœur d’un quadrilatère culturel exceptionnel – Opéra, Musées, Cinémas, nouveau Théâtre, Conservatoire, Zenith Oméga – l’établissement a fini par connaître avec retard, à partir de 2001/2002, les mêmes tourments que ceux révélés plus tôt par l’ensemble des collèges voisins du Bassin d’Education et de Formation de la ville de Toulon.

Pres3

Les maux et les paradoxes d’une ville en pleine stagnation économique et sociale franchissaient alors les grilles de l’établissement, l’entraînant dans une mutation profonde et déstabilisante pour l’ensemble des acteurs de la communauté scolaire. Dans le même temps, les Personnels fort attachés à leur environnement devaient apprendre à vivre avec le visage inhabituel d’un nouveau public scolaire – élèves et enseignants en plus grand nombre et différents – ainsi qu’avec celui de nouvelles et éducatives pratiques pédagogiques fortement impulsées par les divers rouages du système éducatif et de ses partenaires territoriaux.

Parvenu à endiguer les fièvres qui sapaient insidieusement le plaisir de former les élèves à leur avenir, le collège, grâce aux vertus partagées du dialogue, de la solidarité et de la responsabilité, s’est définitivement inscrit dans une politique de réflexion, considérant que la page était tournée et que rien ne serait comme avant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pagnoltoulon.fr/?page_id=3807